Lancer franc #11 – Mieux consommer avec Agathe

Les personnes les plus heureuses ne sont-elles pas celles qui vivent le plus simplement ? Dans ce lancer franc, Agathe vous parle d’un mode de vie moins sophistiqué et de bien-être au sens général. Ou comment faire le vide… Physiquement et mentalement en 5 points.


Comme pour chaque lancer franc, les phrases en rouge sont les remarques de celle qui n’a pas écrit le match. Ici, ce sont les tacles de Camille !


Mes inspirations minimalistes

Randonnée sur un lac gelé en Norvège et feu de camp.

Introduction à la dé-consommation

Je vous préviens tout de suite : ce lancer franc va être long (mais intéressant pour tout matcheur qui prendra le temps de le lire !). Forcément, cela fait plusieurs mois que j’ai envie de vous parler de mes nouvelles méthodes de consommation : celles qui m’inspirent, que j’applique et que je veux intégrer dans mon quotidien et dont je vous parlais déjà ici. J’attends de voir ça.

L’électrochoc ? Mes voyages. Vous allez vite comprendre le lien : c’est en voyage qu’on vit le plus léger, qu’on est le plus à l’écoute et, surtout, que l’on s’ouvre le plus l’esprit ! En 2015, j’ai vécu ma première virée roots en Islande : sac à dos de rando et sac de couchage, à dormir dans une voiture aménagée… Oui, oui : sans douche ni cuisine ni wc mais en harmonie avec la nature. Et, là, révélation : moi qui pensais que mon confort était si important, j’ai compris que le voyage se vivait mieux à l’instinct (et sans prise de tête). Prends-en de la graine, Camille ! Ouais, elle va pousser. Mais ton confort, tu l’as laissé tomber 10 jours le temps de ton voyage… La graine a même pas eu le temps de germer !

Photos de Dafjord, au nord de Tromso, en Norvège.

La confirmation de cet électrochoc, c’est mon voyage en Norvège, la même année (fin 2015) : une semaine passée dans un fjord sans une âme qui vive. À mon retour en France, nouvelle révélation : je me rends compte que je suis entourée de beaucoup de choses superflues de mon quotidien (vêtements, placards trop remplis, achats compulsifs…) et me questionne sur leur utilité : ai-je vraiment besoin de tout ça ? Toi aussi, Camille, tu devrais te poser cette question. Faire le vide te ferait le plus grand bien ! D’ailleurs, jamais je n’aurais crue être d’accord avec mon copain qui, depuis plusieurs mois, me répétait à quel point j’avais trop de vêtements (un dressing plein, une armoire à chaussures et trois valises pleines à craquer pour les autres saisons. Ben quoi ?). Ça a commencé à mieux résonner dans ma tête début 2016. Au retour de ces vacances, j’en étais au point de vouloir aller vivre exilée en pleine nature tant ces lieux permettent d’en revenir aux choses simples. Autant vous dire que j’avais parcouru un bon bout de chemin en peu de temps ! Depuis, j’essaye de garder ce mode slow life (comme je vous le disais dans ce match). Tu ne tiendrais même pas un mois au milieu de nulle part. N’oublie pas que tu adores ta vie parisienne et que tu ne te vois pas vivre à la campagne (et ce n’est pas moi qui le dis) !

Quid de la conso

Mieux consommer, c’est bien… Mais ça veut dire quoi et qu’est-ce que cela implique ? La mauvaise consommation, la surconsommation, la malbouffe, le minimalisme ? Tous ces mots s’emmêlent et on n’en comprend pas toujours correctement les impacts. À vous de vous faire votre propre vision et de savoir ce que vous avez envie de changer. Mon envie : mieux me sentir au quotidien que ce soit dans mon appartement, mes placards, mes voyages, mes achats, mon utilisation des énergies… Tous les domaines d’action me touchent (même s’il est probable que j’en oublie certains dans ce lancer franc alors n’hésitez pas à réagir en commentaires !). Alors, prêts à m’accompagner dans mes actions ? Je suis prête !

  1. Les vêtements/les objets/la déco

C’est le premier domaine auquel j’ai pensé pour réduire ma consommation. Et je partais d’assez loin !

Ce que je fais :

  • J’ai commencé par trier ma penderie, mon armoire à chaussures et mes trois valises (c’était l’un de mes objectifs de l’été dernier, dans cette to do list), en enlevant tout ce que je n’avais plus envie de porter ou que je ne porte plus depuis au moins un an (assez significatif). Les vieux vêtements à recycler, à la benne ou chez Emmaüs, ceux que je pourrais peut-être remettre ont atterri chez mes parents et les plus belles pièces ont été vendues sur Vinted (@guetguettou). Avec les sous que j’économise, je me fais plaisir en vacances ou pour de nouvelles fringues plus réfléchies. À chaque changement de saison, je continue de faire le tri entre ce que je n’ai pas porté et ce que je n’aime plus. J’ai une énorme valise en moins et un dressing bien plus agréable. Ça fait un bien fou ! Attention quand même à ne pas donner trop vite !

  • Même chose pour les objets et la déco : j’ai fait le tour de mon appart et mis dans des cartons ou à la poubelle, ce dont je voulais me délester… En vue d’un troc-dressing entre amies à la maison et d’une brocante réalisés l’été dernier près de chez moi (et où on a absolument tout vendu !). C’est vrai, j’étais assez impressionnée du résultat de ta brocante.
Mon troc-dressing de juin dernier.
Ma brocante de juillet dernier.

Ce que j’ai encore envie d’améliorer :

  • J’aimerais ne plus rien acheter chez Primark et dans les boutiques en ligne chinoises alléchantes (telles que Shein, Zoohoha, Modress et Cupshe où j’ai eu de mauvaises surprises) mais viser des vêtements coup de cœur et utiles, quitte à ce qu’ils soient plus chers. Ça, ce sont tes achats compulsifs sur Internet. Fais comme moi : va plutôt en magasin et, si tu n’as pas le temps d’y aller, tu n’achètes pas.
  1. La nourriture

Le gaspillage alimentaire, c’est, de loin, le sujet qui m’intéresse le plus et également celui qui m’a toujours beaucoup touchée (ça se voit à la taille du paragraphe, je crois).

Ce que je fais :

  • Je gaspille très rarement (mais ce n’est pas nouveau). Clairement, le simple fait de gaspiller de la nourriture me crève le cœur. Je pense sans cesse à ceux dans le besoin ou qui vivent dehors. Il est donc rare que je ne finisse pas une assiette ou que des aliments finissent dans ma poubelle (hors pelures des fruits et légumes) : je dois jeter des aliments une ou deux fois par an maximum (si vraiment il est moisi ou qu’il a tourné). À tel point que, récemment, j’ai franchi le cap d’une demande d’un doggy bag dans un restau qui m’avait servi environ trois portions de filet de poulet dans mon hamburger : la quantité était énorme !  Je confirme, j’étais là. Heureusement, les mentalités des restaurateurs commencent à évoluer sur ce sujet. Parce qu’il était hors de question pour moi de jeter de la volaille ou de la viande… Même si depuis que je me suis mise aux bowls (relire ce match), j’en mange beaucoup moins !
  • J’ai pris le goût de cuisiner et d’autant plus depuis que j’utilise une appli à l’initiative formidable : Too Good To Go. C’est vrai que ça fait des semaines que tu m’en parles ! Elle favorise la réduction du gaspillage alimentaire des boulangeries/restaurants/supermarchés/épiceries/primeurs… en leur proposant, chaque jour, de vendre des portions d’aliments invendus à prix cassés (deux à trois fois moins cher que le prix affiché en magasin). La contrepartie : vous ne connaissez pas le contenu précis de votre panier. Mieux vaut donc ne pas avoir de contrainte alimentaire. Perso, j’aime quasiment tout même si, en achetant les paniers Intermarché, j’ai parfois des aliments que je ne mange pas habituellement (museau de porc, tarama…). Mais ça reste rare et, désormais, je vérifie tout ce qu’il y a dans mon sac avant de quitter le magasin (quitte à laisser ce que je ne mangerai pas). Globalement, c’est super rentable, ça permet de manger des produits de saison et de davantage cuisiner ! Niveau amélioration de l’appli, je pense à l’ajout d’alertes pour rappeler à l’utilisateur l’horaire pour venir récupérer son panier et le fait que ce ne soit pas encore développé dans toutes les villes de France. Rome ne s’est pas construit en un jour ! Patience, Agathe ! En tout cas, après en avoir discuté avec différents vendeurs, tous voient la différence et ont quasiment arrêté de jeter. Il était donc temps qu’une appli de ce type voit le jour ! Car le gaspillage alimentaire des magasins est énorme et, ça, c’est parce qu’on achète plus que ce que l’on consomme. Alors, svp, arrêtez de croire qu’un produit qui a dépassé sa DLC n’est plus consommable. Ne serait-ce que les yaourts : ils se mangent encore plus d’un mois après leur DLC tant qu’ils restent au frais. On parle d’aliments industriels, donc remplis de conservateurs et autres additifs…
L’interface Too Good To Go.
Les infos sur votre panier.
Les coupons achetés.

Ce que j’aimerais améliorer :

  • Justement, à propos de toutes ces bêtises et autres sucres qu’on met dans notre nourriture… J’aimerais réussir à faire attention aux additifs cancérigènes et aux sucres ajoutés partout. Pour décrypter les étiquettes facilement, l’appli Yuka est bien pensée : il vous suffit de scanner le code barre de votre produit en magasin ! Je ne le fais qu’occasionnellement mais j’essaye déjà d’arrêter d’acheter les tranches de jambon et autres blancs de poulet (trop) transformés et cancérigènes. Ton appli part d’une bonne idée mais je suis sûre que tous les produits avec des codes barres ont quelque chose de nocif… Ils sont tous transformés. Pas facile de ‘y retrouver du coup…
  • Je plante déjà mes aromates l’été. J’aimerais planter mes fruits et légumes lorsque j’aurai une maison en banlieue. En attendant, il faudrait que je favorise les circuits courts ! J’ai hâte de voir ça ! Pour autant, si vous vous posez la question : le tout bio ou le vegan ne m’attirent pas… Tout comme, de manière générale, le fait de se priver totalement de quelque chose. Ça ne fonctionne clairement pas sur moi !
  1. La planète

Je ne suis pas écolo quoique j’ai quelques penchants… Mais la thématique du développement durable m’intéresse énormément (ça pourrait d’ailleurs être un domaine de reconversion !).

Ce que je fais :

  • Recycler : basiquement ! Petite, j’incitais ma mère à trier le papier/carton lorsque les sacs et poubelles jaunes ont fait leur apparition. Depuis, je n’ai jamais arrêté : papier/carton/emballages plastiques, verre, piles… Et même vêtements, appareils ménagers. Il y a encore du boulot en termes de compost pour réduire mes déchets. Mais svp, arrêtez de jeter des papiers ou chewing-gums par terre et autres mégots par la fenêtre…  Le B.A.-BA. Viens, Agathe, on participe à une opération nettoyage bientôt ensemble dans les rues de Paris ? 
  • Je suis aussi attentive aux énergies (pas de surconsommation de l’électricité, du chauffage ou de l’eau qui coule dans le vide). Ça me touche de me dire que certains n’ont pas accès à l’eau et qu’on la gaspille sans se poser la moindre question.
  • J’essaye depuis peu de réduire mes envois de mails et messages sur des applis type Whats’app. J’en fais mon nouveau MSN et pourtant ça pollue énormément sans que l’on s’en rende compte. Je me suis donc fixée un objectif de 15 à 20 messages maximum par jour avec Camille pour parler blog : E-FFI-CACE, on a dit ! On y arrive plutôt bien, tu ne trouves pas ?

Ce que j’aimerais améliorer :

  • Réduire mes emballages : j’essaye d’éviter les packaging des produits vendus en mini sachets individuels. J’aimerais réduire mes déchets donc acheter moins de produits emballés pour favoriser le vrac, amener mes boîtes au marché, faire mes compotes moi-même, etc. C’est certainement l’un des objectifs les plus challengeants pour moi et je suis quand même loin du « Zéro déchet« . C’est réaliste, j’aime ton honnêteté vis-à-vis des matcheurs !

4. Les cosmétiques

Ce que je fais :

  • J’ai récemment préparé une lessive maison ainsi qu’un déodorant grâce à l’aide d’une amie matcheuse bio et pro-DIY. Je les ai testés une fois pour l’instant et je les trouve plutôt efficace. À poursuivre donc ! D’ailleurs, si mes recettes et mon retour d’expérience vous intéressent, je pourrais vous faire un match dédié ! Tu as les pâtisavons Madame Marchand aussi. J’avais testé leur atelier, relis ce match. Sinon, j’utilise aussi du liquide vaisselle écolo. Simple et efficace comme initiative ! 

    Ma lessive et mon déo maison réalisés avec @Instamendy !

Ce que j’aimerais améliorer :

  • Je ne fais rien en ce qui concerne le maquillage car j’en utilise peu et j’en achète rarement. Mais j’aimerais fabriquer tout ce qui concerne les shampoings/produits corporels/crèmes qui sont pour la plupart testés sur les animaux, avec beaucoup d’additifs et d’ingrédients pas toujours très éthiques… En plus d’enlever des ingrédients nocifs pour la peau et le corps, on fait du bien aussi à la planète et au porte-monnaie : généralement, faire ses produits soi-même revient moins cher. Il faut juste prendre le temps de tester plusieurs formules avant de trouver celle qui nous convient !

5. Voyages & transports

Ce que je fais :

  • Très peu de choses : j’essaye juste de ne pas trop utiliser de transports individuels en vacances, de ne pas voyager dans des zones où l’environnement est fragile (en Arctique pour limiter la fonte des glaces et aux Maldives pour arrêter de contribuer à la pollution due aux déchets engendrés principalement par les touristes qui en font des îles poubelles !). En début de ce lancer franc, je vous disais avoir eu un électrochoc en Islande, c’est notamment parce que chaque année, les glaciers reculent de plusieurs mètres, c’est-à-dire qu’ils fondent à cause du réchauffement climatique ! C’est vrai que c’est affolant…
Photos des glaciers et icebergs islandais.
  • J’utilise beaucoup les transports en commun ou partagés et je suis fière de ne pas avoir de voiture mais d’utiliser les Autolib’ de Paris. Et la trottinette dans Paris, tu y penses ? Je vois plein de parisiens circuler avec.

Ce que j’aimerais faire :

  • Me programmer des voyages éco-conscients (si ça existe car rien qu’avec les transports en avion, c’est moyen)… Pourquoi ne pas tester un voyage humanitaire, ça me tiendrait à coeur ou des stages de yoga pour prolonger le bien-être à son maximum !

Vers le mieux-être au quotidien

J’espère que bon nombre de matcheurs sont arrivés jusqu’ici… Et que vous allez me partager vos astuces pour continuer d’améliorer ma consommation ! Je ne me place pas en modèle mais ce lancer franc m’a permis de faire le point, de savoir où j’en suis et ce que j’ai envie de changer. Toutes ces petites actions du quotidien font un bien fou à mon cerveau, à mon corps, à mon espace de vie, à mon porte-monnaie aussi même si le but n’est pas de me priver. Ça contribue clairement à mon mieux-être (ma plus grande envie pour 2018). Alors réussissons à maîtriser notre vie, choisissons notre environnement et faisons de notre corps ce dont nous avons envie ! Après tout, on n’a qu’une vie !


Le tacle de Camille

Je dois vous avouer quelque chose : Agathe m’a surprise. Je pensais que ses nouvelles habitudes de consommation seraient trop difficiles à mettre en place mais, finalement, ce sont des gestes simples que tout le monde peut appliquer. Après, il ne faut pas être radical, au point de s’interdire toute sorte de consommation. Pour moi, le mot juste serait la consommation raisonnée. Tu adores le shopping, Agathe. Ici, tu expliques que tu veux diminuer considérablement tes achats. Je te rejoins là-dessus : nous n’avons clairement pas besoin de tous nos craquages. Mais ils font partie de nos petits plaisirs que l’on peut s’offrir avec notre paye du mois. Si on ne se fait plus plaisir, à quoi ça sert de gagner notre vie ? En plus de tous tes gestes éco-citoyens responsables, je te conseille de te lister tout ce qui te fait plaisir au quotidien. Être responsable ne passe pas seulement par la réduction, la suppression voire pire la privation (je pousse là, je sais) : il faut que tu saches cibler tes envies et tes priorités. Le voyage humanitaire, je t’imagine vraiment en faire un. Mais, avant de tout quitter pour te lancer dans une mission à l’autre bout du monde, pourquoi ne te renseignerais-tu pas sur une opération de nettoyage du littoral niçois pour cet été ? Tu as bien prévu d’y aller en août, si je ne me trompe pas. Un jour pour te dorer la pilule, un jour pour la planète… C’est un bon combo, même en vacances !


Et vous ?

La nouvelle manière de consommer d’Agathe vous a-t-elle convaincue ?

6 Comment

  1. Lili says: Répondre

    Bravo Agathe ! J’adhère complètement à ce nouveau mode de consommation. Exit les superflus pour se recentrer sur l’essentiel, notre essentiel et être heureux ! C’est admirable cette prise de conscience et on devrait toutes en prendre de l’an graine pour l’an planète mais aussi pour nous mêmes. On vit dans un monde de consommation, de paraître et il est urgent et nécessaire de se focaliser sur « être » en toute simplicité

  2. Très intéressant ton article. Je m’y retrouve totalement: vouloir faire mieux mais petit à petit.
    Cet été j’avais trié ma penderie et la électrochoc: j’ai donné 4 grands sacs. Je me suis donc lancée le défi de ne rien acheter pendant 3 mois: ni vêtements, ni chaussures, ni bijoux et sacs. J’ai tenu sans aucun problème et en plus maintenant tous mes achats sont réfléchis.

  3. Marion says: Répondre

    J’ai adoré ton article, vraiment!
    J’étais scoute (mais comme on dit, scout un jour, scout toujours!) et niveau « partir avec le minimum » j’en avais l’habitude, mais j’avoue que pour des camps c’est facile (des affaires qui ne craignent rien, peu importe si c’est beau tant que c’est confortable) mais pour voyager un peu moins! (si soirée, si mal aux pieds,… une valise vite remplie avec des SI!). Et il en est de même pour mes placards, du coup, je vais essayer de te suivre, et limiter mes achats compulsifs! (ça va être compliqué!)
    Pour ce qui est de l’alimentation, j’ai installé l’appli lorsque tu l’avais posté sur insta mais je n’ai pas encore franchi le cap. Par contre, et c’est peut être à cause de ma formation, je limite au maximum mes achats de produits dans des emballages plastique (même les jus de fruits ou ketchup, dans du verre), car c’est pas bon du tout pour nous et pour la planète… Et les DLC et même DLUO sont des mentions obligatoires et par forcément pertinentes; t’as raison de le préciser!
    Bravo pour ce bel article en tout cas!

  4. Marie Dizzy says: Répondre

    J’adore cet article.
    Nous avec le chéri on fait nos menus à l´avance pour éviter de jeter des aliments périmés et n’acheter que le nécessaire (en se permettant un resto ou un Deliveroo de temps en temps quand même !). On essaie aussi de diminuer les déchets : on fait nos yaourt, Danette et mousse au chocolat maison (prochaine étape riz au lait et compote !). J’aimerai aussi investir dans un composteur de balcon et des cotons démaquillants lavables. Côté maquillage et hygiène j’ai fais du tri +++ et j’ai jeté beaucoup de périmés et donné pas mal de maquillage. Je suis encore abonnée à une box beauté mais je pense arrêter à la fin de mon engagement. Côté fringues je viens de donner 4 gros sac de courses pleins et mon dressing est encore à améliorer (moins mais plus beau et qualitatif) mais tout ce qui touche a l’image de soit c’est un peu compliqué pour moi qui suis très mal dans ma peau.

    Ce que j’aimerai faire pour la suite c’est acheter plus local et en vrac en ayant un beau cellier plein de bocaux ! ^^ Et quand j’aurais atteint mes objectifs de poids refaire ma garde robe … Et niveau produits d’hygiene essayer d’eliminer les perturbateurs endocriniens etc …
    Mais on y va petit à petit à notre rythme. 🙂

  5. Super article, très intéressant ! De mon côté j’ai décidé d’user tous mes vêtements avant d’en racheter cette année 🙂 pour le moment, 0 nouvel achat depuis décembre je tiens bon 🙂 Mais génial l’idée de sa propre lessive, je vais y réfléchir !!

  6. Je dis OUI à ce mode de vie !
    Franchement c’est chouette de voir une telle implication ! J’ai tout comme toi une conscience assez importante envers le gaspillage.
    J’ai commencé à trier mon placard, et je pense d’ailleurs faire un vide grenier bientot 😉

    Ensuite au niveau de la cuisine je fais des paniers de légumes et fruits directement chez mon producteur du coin. Et j’essaye d’aller a biocoop sans passer par la grande surface !

Laisser un commentaire