Let’s party

Vous avez une folle envie de faire la fête ? Vous n’êtes pas les seuls. La France tout entière semble être en train d’émerger et de se préparer à passer des soirées détonantes jusqu’à l’aube. Et si vous suiviez le mouvement en vous laissant guider par nos bons plans du moment ? Ne vous réveillez pas trop tard, ils sont à consommer avant la fin de l’été.

Camille, à la conquête des ferias du Sud

Feria2

Bon courage si vous restez dans la capitale cet été ! A cette période, les parisiens désertent la ville et il ne reste plus que des touristes. Du coup, la ville tourne au ralenti. En plus, il y fait une chaleur étouffante (surtout dans le métro) et il n’y a aucune plage pour se baigner. Ce n’est pas pour rien que les parisiens filent se dorer la pilule à Saint-Trop’ ou sur la Côte d’Azur. Je les comprends, Paris Plage n’a rien d’exceptionnel… Ce n’est pas toi, Agathe la Niçoise, qui me dira le contraire. Et les pseudos paillottes parisiennes, excuse-moi mais je ris ! Ils ont voulu copier le Sud et c’est raté…

Si vous voulez faire la fête – la vraie -, pas besoin de vous envoler pour Ibiza. Je vous propose une destination bien de chez nous : le sud de la France. Au programme : soleil, barbecues, plage… Et ses ferias ! Parmi les plus connues dans le Sud-Ouest : les fêtes de Bayonne, Dax, Mont-de-Marsan, Condom… Mais aussi, côté Sud-Est : les ferias d’Arles, Béziers, Alès, Nîmes… Justement, je connais bien celle de Nîmes. J’y étais à la Pentecôte, début mai. Que les retardataires se rassurent : à Nîmes, il y a une autre feria un peu moins connue. C’est celle des vendanges, du 15 au 18 septembre. Un bon moyen de prolonger l’été et de mieux appréhender la rentrée.

Mais, avant toute chose, vous avez besoin de connaître le vocabulaire spécial feria :

  • La feria = jour de fête ;
  • Les bodegas = lieux éphémères fermés (ou non) pour danser et faire la fête ;
  • Les bandas = groupes de musique festifs qui jouent dans les rues de la ville. On les appelle aussi les peñas ;
  • Les corridas = combats entre un matador et un taureau dans les arènes de la ville. Un amateur de corrida, c’est un aficionado ;
  • L’abrivado (prononcé abrivade) = le fait de conduire les taureaux du pâturage à l’arène. On appelle aussi abrivado des lâchers de taureaux dans les rues. Rassurez-vous, ils sont encadrés. Des barrières se trouvent généralement sur les parcours : c’est le cas à Nîmes. Dans certaines petites villes, il y en a moins ;
  • La bandido (prononcé bandide) = contraire de l’abrivado. Les taureaux sont ramenés de l’arène au pâturage ;
  • Les gardians = gardiens d’une troupe de taureaux ou de chevaux élevés en Camargue ;
  • La gardianne de taureau = plat typique de la Camargue et servi pendant la feria.

Voilà, vous avez maintenant les bases. N’hésitez pas à revenir sur ce lexique dès que nécessaire.

Si j’aime la feria, c’est surtout grâce à l’ambiance qui s’en dégage. A Nîmes, ce n’est pas comme dans les ferias du Sud-Ouest où tout le monde est habillé en rouge et blanc. On vient comme on est. Le soir, je vous conseille de ne pas porter vos habits préférés ni vos derniers achats. Optez pour une tenue confortable (jean/baskets) et des vêtements que vous pouvez tâcher. Oui, à la feria, on se bouscule, on est serré et des verres sont renversés. La sangria et le pastis coulent à flot et à des prix défiants toute concurrence ! Vous ne paierez pas le cocktail 10 € comme dans certains des endroits branchés d’Agathe. En plus, tu penses que les ferias sont has been mais, pourtant, des milliers de personnes des quatre coins de la France y viennent chaque année. Toi aussi tu devrais te laisser tenter !

DSC_0838
Les Arènes de Nîmes pendant une corrida.

La feria, ce n’est pas que le soir. La journée aussi il y a des tas d’animations comme les abrivados, les bandidos ou les corridas. Je vous l’avoue, je n’ai jamais vu de corrida et ça ne me tente pas. Même si je sais qu’elles prennent tout leur sens dans une feria, je n’aime pas le fait de combattre un taureau et d’applaudir en voyant l’animal à terre. En plus, la vue du sang me dérange. Pour les amateurs du genres (les aficionados), c’est un vrai spectacle que de voir le matador en état de grâce qui ne bouge presque pas face aux attaques du taureau. Pas question pour autant de repartir sans avoir vu de taureaux. Là, je vous conseille vraiment les abrivados ou les bandidos. Cette fois-ci, pas de coups. Les taureaux sont entourés par des gardians qui les amènent d’un point A à un point B. C’est même amusant de voir les jeunes courir derrière les taureaux pour essayer de les toucher.

Feria3
Une photo d’abrivado.

Et la musique alors ? Il y a les peñas, les bandas mais aussi des DJ ! Eh oui, dans les bodegas, c’est surtout des DJ. Les groupes de musique circulent plutôt dans les rues la journée avec des chansons comme l’hymne de l’Aviron Bayonnais ou celle du petit Ricard dans un verre ballon. Côté DJ, il y a de tout : de l’électro, des chansons des années 80… Si vous allez à la prochaine feria de Nîmes, ne ratez pas la bodega du bar « Le Victor Hugo ». Vous ne pouvez pas la rater, en haut du boulevard, près de la Maison Carrée. Sur la devanture, on retrouve une immense tête de taureau en carton. Le dimanche après-midi, c’est l’apéro des barjots avec un concours de déguisements.

Feria
Une peña avec des gardians. C’était juste avant un abrivado.
Photo du Victor Hugo, prise sur la page Facebook de la ville de Nîmes.

On fait la fête, ok, mais il faut aussi penser à manger ! Ne passez pas à côté de la gardianne de taureau : le plat typique des ferias. Il y a aussi la fameuse paëlla mais la gardianne, vous n’en mangerez que dans les ferias. Même à Nîmes, les restos n’en proposent pas toute l’année. Ça ressemble un peu à de la daube voire à un bourguignon sauf que c’est cuisiné avec de la viande de taureau. Rassurez-vous, ce n’est pas si fort au goût. Le plat est servi avec du riz de Camargue (jusqu’au bout avec leur Camargue !). Mes conseils : vous pouvez la tester à volonté sur l’esplanade près des Arènes. Des tentes sont installées avec de nombreux restaurateurs. Ils font des gardiannes géantes. Mais, si vous voulez une meilleure gardianne, préférez les vrais restaurants comme « Le resto » 6, rue Saint-Thomas, tout près des Arènes. Pendant la feria, celui-ci vous propose un menu spécial.

Les prochaines ferias

  • Mont-de-Marsan : 20-24 juillet
  • Bayonne : 27-31 juillet
  • Dax : 11-15 août
  • Béziers : 12-15 août
  • Arles : 9-11 septembre (feria du riz)
  • Nîmes : 15-18 septembre (feria des vendanges)

Mais, dans le Sud, il n’y a pas que les ferias

Il y a aussi les petites fêtes des villages ! Étant une fille de là-bas, je les connais bien. Tous les étés, on enchaîne les week-ends festifs. Il y a des forains mais aussi des bodegas et des concerts (parfois, ce sont des bandas comme dans les ferias). Si vous avez prévu une virée dans une ville du sud de la France cet été, renseignez-vous sur les dates de la fête locale. Si vous passez par l’Ariège, je vous conseille la Fiesta de Pamiers (09). C’est du 14 au 17 juillet. Une fête aux accents latinos avec des concerts, bodegas et des manèges de fête foraine !
Agathe, tu n’as certainement jamais vécu une fête de village mais je t’assure que ça vaut le coup !  Quand tu veux, je t’embarque pour faire la fête – la vraie. Laisse tomber les soirées BCBG à Paris. Tout ce qui compte, c’est de s’amuser, pas d’avoir peur de se faire refouler ou de payer un bras pour y entrer !


Agathe fait le Paris de l’éphémère

Du côté de la capitale, pas besoin d’événement particulier pour faire la fête. Il suffit de savoir quelle ambiance on veut et dans quel quartier. Je ne vais pourtant pas vous parler des nuits parisiennes classiques mais bien de celles qui éveillent les sens et attisent la curiosité. On les nomme « pop up », « hot spot », « bar éphémère » ou « concept bar », ces lieux tendances dont les Franciliens raffolent ces derniers mois. Il faut se l’avouer, on s’est peu à peu embourbé dans une culture d’Occidentaux consommateurs lassés et exigeants. Mais on aime ça. La découverte, c’est toujours plus fun que d’aller puiser dans notre matière grise pour ressasser les vieilles traditions de nos contrées connues du plus grand nombre (tu me diras ce que tu en penses, Camille !). Vous voulez du neuf, du frais, du tendance ? Suivez-moi en Île-de-France, à la découverte des événements de l’été à ne surtout pas manquer.

Pour les fans de musique…

  • Éclectique : La programmation de Rock en Seine (26-28 août) détonne  entre Massive Attack, The Avener, Iggy Pop, Two Door Cinema Club, Breakbot, Birdy Nam Nam, Gregory Porter (pour ne citer que mes préférés)… Et il reste encore des pass pour profiter de l’événement au cœur du parc national de Saint-Cloud.
  • Jazz : Derniers jours pour découvrir le festival de Jazz de Saint-Germain à Paris (19-31 mai) ; sinon prévoyez d’aller au Barrière Enghien Jazz Festival (95) (10-13 juillet) qui se déroule chaque année dans un cadre magnifique ; enfin, pour prolonger l’été, testez Jazz à la Villette (30 août-11 septembre).

Pour ceux qui cherchent des événements gratuits

  • Découvrez l’application WINGiT : Elle répertorie, par jour, tous les événements qui se déroulent dans votre ville (72 villes à son compteur)… En fonction de votre localisation ! Vous pouvez les trier par catégorie (théâtre, entertainment, nightlife…). Beaucoup d’événements nocturnes sont gratuits et peu relayés par la presse. C’est l’occasion de découvrir de nouveaux lieux !
  • Les Bains Numériques d’Enghien (01-05 juin) : Un événement qui allie intelligemment arts numériques aux concerts, performances et spectacles.
  • Les Siestes électroniques du musée du Quai Branly (les dimanches, 26 juin-17 juillet) : tout est dit dans le nom de l’événement. Le Quai Branly vous ouvre ses portes pour vous prélasser au soleil tout en écoutant de la musique électro… En tout cas, c’est si vous avez réservé à l’avance !
  • Le Wanderlust : Parce qu’en hiver, il fait trop froid pour faire la fête sur le toit de la Cité de la Mode et du Design, on profite de ce « lieu hybride » aux beaux jours. C’est chic, c’est frais, c’est… Un peu cher niveau consos et un peu jeune aussi (la vingtaine) mais on y passe toujours une bonne soirée.

Pour ceux qui aiment les rooftop

  • Le Perchoir : Sans doute le plus connu et bobo de Paris mais pas le plus facile à trouver… Et à atteindre. 140 marches en colimaçon plus tard, on a l’impression d’être dans un jardin sur un toit avec une vue imprenable sur le Sacré-Coeur en prime et un coucher de soleil – si vous êtes dans le bon timing.

Diapositive1

  • Le Partech Shaker organise parfois des événements sur sa terrasse (privée). J’ai eu la chance de la découvrir (vue à près de 200° sur Paris avec les principaux monuments) lors d’un tournage et de la redécouvrir lors d’un apéro trouvé sur WINGiT. Restez à l’affût !

Rooftop Partech

  • La Brasserie Barbès : Le dernier né de la bande. Il a été inauguré l’année dernière, non sans succès. Et pour cause, là-haut, transats et vue sur le métro aérien vous attendent au cœur de ce quartier cosmopolite mais branché.

Pour ceux qui veulent de l’insolite

  • La Clairière : Nichée au cœur du bois de Boulogne, c’est un véritable nightclub à ciel ouvert que je vous recommande (malgré sa clientèle un peu trop chic). D’ailleurs, venez habillé décontracté et prenez un gilet : il fait vite frais ! Sur place, expos, activités et restauration aussi.

Clairière 1

Clairière 2

  • Le Chalet du Lac vient de lancer sa saison estivale en plein cœur du bois de Vincennes avec DJ et installations surprises. Ici, on est plutôt sur son 31.
  • Le Playtime : Saviez-vous qu’il existait une autre piscine accessible au public sur une péniche parisienne ? Le cadre est sympa et pensé pour siroter un cocktail ou même manger… Avant de piquer une tête !
  • La Paillote de l’Opéra : Plus exotique encore, L’Opéra-restaurant vient de lancer son bar éphémère. Ici, pas de piscine mais on a bien les pieds dans le sable. Certains matchs de l’Euro seront même retransmis !
  • Le Grand Train : Last but not least et même mon préféré. J’ai la joie de vous présenter celui que je désigne comme étant LE lieu incontournable de l’été et aussi mon nouveau QG. Si je n’ai pas eu l’occasion de découvrir le Ground Control l’année dernière, j’ai déjà mis les pieds au Grand Train (son nouveau nom) – de réputation moins underground et plus organisé. Le cadre : un immense dépôt SNCF désaffecté de 2,5 hectares. Sur place, des dizaines d’activités parmi lesquelles : découvrir l’univers des trains, se prélasser sur un transat posé sur les rails, jardiner, jouer au ping-pong, au baby-foot ou à la pétanque, admirer des expos, assister à des projections, regarder les matchs de l’Euro, dîner dans un ancien wagon de la SNCF, faire une brocante… Boire, manger, écouter de la musique et danser aussi, bien évidemment ! C’est un lieu immense à la gloire du train et à l’esprit friche industrielle berlinoise. Avec une telle offre, tout le monde est sûr d’y trouver son compte. En plus, l’entrée est gratuite ! D’ailleurs, il y a tous les âges et beaucoup de curieux (c’est ouvert aussi la journée mais, malheureusement, ça ferme tôt : à 23h)… Et, l’idéal, en groupe, c’est qu’on peut acheter sa bière en carafe et son apéro en bouteille (sinon c’est 6 € la pinte, 5 € le hot-dog donc très correct). Même en période d’affluence, vous aurez toujours un espace où vous vous sentirez plus à l’aise… Ce qui sera beaucoup plus difficile à trouver dans les ferias de  Camille. D’ailleurs, si vous préférez aller dans ses fêtes de villages d’antan, vous savez où vous renseigner (scrollez plus haut). Perso, j’ai abandonné la « conquête » au bout de deux lignes.

Photo 1 Gd Train

Photo 2 Gd Train

Diapositive1

Photo 4 Gd Train

Alors à tous ceux qui quittent Paris pour l’été, cet article vous aura peut-être fait changer d’avis.


Et vous ?

Qu’aimez-vous faire l’été ?

Photo fin Guet ou article

6 Comment

  1. Passant l’été à Paris (pour cause de préparation à un concours), les petits plans d’Agathe me permettront de m’aérer l’esprit 🙂 Hâte d’aller découvrir Le Grand Train, j’ai déjà prévenu ma bande de potes haha ! Merci pour ce super article (encore une fois!) les filles 🙂 Et donc point pour Agathe même si j’ai souvent passé des vacances dans le Sud et il faut avouer que les férias c’est quand même sympa (amuse-toi bien Camille !!!)

    1. 2filles1match says: Répondre

      *Agathe*
      Merci Kloé :). Tu vas voir, même si tu passes l’été à Paris, ça va être super !! La preuve avec tous mes bons plans ! Tiens-moi au courant si tu vas au Grand Train pour avoir ton avis aussi. Pour tes vacances dans le sud, ce sera l’été prochain… Qui sait !

  2. p.delph says: Répondre

    Même si j’ai hâte de découvrir les bons plans d’Agathe, et Paris tout court d’ailleurs, j’ai besoin de chaleur et de soleil.
    J’avoue que j’avais de gros a priori sur les férias (féria = maltraitance des taureaux), mais j’avoue que grâce à toi Camille je vois les choses autrement et j’ai même envie de découvrir cette fête. Donc je donne le point à Camille, et je vous fais de gros bisous.

    1. 2filles1match says: Répondre

      *Camille*
      C’est comme toi, j’ai tellement besoin de chaleur et de soleil en ce moment ! J’ai déjà hâte d’être en vacances !! Je suis super contente d’avoir réussie à te faire changer d’avis sur les ferias. Le mieux, c’est d’en faire une pour te faire ta propre opinion ! Bisous bisous.

  3. Merci à vous, Chère Agathe 😉
    Au plaisir de vous voir dans l’appli !

    1. 2filles1match says: Répondre

      *Agathe*
      Avec grand plaisir !! Bravo pour votre travail 🙂

Laisser un commentaire