On a changé d’avis… Maintenant on adore !

Dans le domaine de la culture, c’est à chacun son point de vue. C’est lui qui influe nos goûts… Et, pourtant, même s’ils ne se discutent pas, ils peuvent évoluer ! C’est notre cas : on a littéralement changé d’avis sur deux objets culturels. Désormais, nous ne pouvons plus nous en passer ! Et vous, allez-vous craquer ?

Camille tourne la page… Et les disques !

Face A… Face B… Je tourne et ça repart !

Non, je n’étais pas fan des vinyles (à la base). Je le criais même haut et fort sur le blog (lire ce match). Si je suis toujours aussi fan de CD, j’ai récemment craqué pour les vinyles. Agathe, tu n’en reviens pas… Tu as même manqué de t’étouffer en lisant ces mots ! Reste avec moi et les matcheurs, je vais t’expliquer pourquoi.

Quand je suis arrivée en région parisienne, j’ai aussi emménagé avec mon copain. On a laissé pas mal d’affaires derrière nous. Forcément, lorsque l’on passe de deux apparts de 50 m² à un seul de la même superficie, on ne peut pas tout garder. On voulait se faire plaisir en s’offrant un bel objet pour notre nouveau chez nous. Tous les deux, on adore la musique et on écoute nos CD ensemble en voiture. Mais, à l’appart, pas de chaîne Hi-Fi ni de poste CD. Alors, on a pensé à la platine vinyle. Celle qu’Agathe défendait si bien sur le blog (bon, c’est quand même moi qui avais gagné le match CD vs vinyle) !

On a regardé et comparé les prix sur Internet… Et, un week-end, nous avons filé au Bon Marché Rive Gauche à Paris (une véritable caverne d’Ali Baba même si ça reste assez cher). Craquage total pour un tourne-disque aux allures vintage. Le design ressemblait à une petite valise. Son prix était même plutôt correct. On l’a pris. Mais, une fois branché et installé à l’appart, le son s’est avéré… Dégueu ! On était hyper déçus du résultat. Trop de précipitation ou alors pas assez d’informations… Deux jours plus tard, je suis retournée en magasin pour l’échanger voire me faire rembourser (oui, cette option était envisagée). Finalement, le vendeur m’a conseillé un autre modèle – plus cher, certes – mais avec une meilleure qualité. Et, cette fois, coup de foudre ! C’est une platine de la marque Pro-Ject, l’un des leaders mondiaux dans le domaine. Et ce n’est pas tout : elle a une fonction supplémentaire : on peut copier les pistes son des vinyles vers son ordinateur !

Voici ma platine Pro-Ject de la gamme Elemental (Phono USB). Son prix : 259 €. On a craqué pour son design original !

Depuis notre achat, on a agrandi notre collection de vinyles. Les trois premiers nous ont été offerts lors de notre pendaison de crémaillère. On en a même fait importé un des États-Unis. Et, pour pousser encore plus l’expérience, nous nous sommes même rendu à un Vinyle Village, c’était au parc de la Villette à Paris. Prochaine étape : pourquoi ne pas s’abonner à une box vinyle ?

Les vinyles ne sont pas forcément des vieux albums. Ici, les derniers de Kungs, Ed Sheeran et du duo The Chainsmokers. Totalement fan !
Le vinyle de Lindsey Stirling importé des Etats-Unis.
Photo du Vinyle Village. Dans les caisses, ce sont des disques sélectionnés par LaTouch qui propose chaque mois une vinyle box à recevoir chez vous !

Agathe dessine une nouvelle page… En BD !

Mes prochaines lectures !

« Une BD ? Euh… Non merci ! » Avec un mordu du genre à la maison, je n’ai pas résisté longtemps. Et, pourtant, j’avais beaucoup d’à-priori sur cette forme de lecture.

La bande dessinée m’a toujours renvoyée à un côté très masculin (les Lucky Luke, Spirou, Titeuf et autres mangas ou comics). Mon frère en avait des piles entières plus jeune ! Bien sûr, je les ai ouvertes et mêmes lues mais je n’ai jamais trop accroché. C’était cet esprit classique et presque ringard qui me rebutait. Mais j’ai changé d’avis et, maintenant, j’adore ! J’ai même régulièrement besoin d’en lire pour faire des pauses entre deux gros bouquins ou, tout simplement pour me changer les idées.

Car l’avantage et l’inconvénient dans la BD, c’est que ça se lit très vite. Heureusement, il existe des séries ou d’autres créations du même auteur.

C’est tout de même un genre unique et qui permet de se cultiver ET de s’instruire (contrairement aux vinyles de Camille) ! Allier le dessin et la trame d’une histoire permet de mettre des images sur des noms et des situations ; s’attacher d’autant plus aux personnages. Il y a aussi le suspens : à chaque fin de double page on est dans l’attente de savoir ce qu’il va se passer. Oui, oui, c’est aussi réfléchi que cela ! Les trames de BD sont pensées comme les séries pour donner envie au lecteur de découvrir la suite.

Et que dire de la diversité des styles de crayonnage ! Je n’aime pas tous les genres mais il y a vraiment de quoi satisfaire tout le monde ! D’ailleurs, d’une lecture à une autre, je découvre souvent des univers qui n’ont rien à voir. Il faut dire que j’ai la chance d’avoir un conseiller spécialisé dans le domaine qui en lit depuis tout petit.

BD ou roman graphique ?

À travers lui, outre la BD, j’ai découvert le roman graphique – attention, je ne suis toujours pas une experte dans le domaine. Je n’ai commencé à apprécier ces genres que l’année dernière – mes connaissances restent limitées. Ce que je peux cependant affirmer, c’est que j’aime davantage le roman graphique que la BD ! Et ça s’explique assez facilement : comme son nom l’indique, c’est un genre qui se rapproche davantage du roman (une BD plus longue, histoire en un seul tome, les sujets abordés sont plus sérieux, adultes). Et c’est vrai qu’à la lecture, je trouve ça souvent plus intéressant qu’un Tintin ou un comics. D’ailleurs, je ne donne que quelques mois à Camille pour s’y mettre : elle aime lire mais n’a pas trop de temps à y consacrer. C’est l’alternative idéale, je vous l’dis ! Alors ne perds pas une minute de plus à me tacler, tu risques de te décrédibiliser une fois de plus (comme pour les vinyles). Eh oui, il n’y a pas que ton disque qui tourne en boucle !

Dans ma BD-thèque :

J’ai commencé par un classique : Peter Pan (Loisel), enchaîné avec un comics.

Un style très particulier pour Peter Pan !
La BD Peter Pan est divisée en six tomes.

Puis, mon entourage a découvert mon nouveau centre d’intérêt et m’a offert California Dreamin’ (Pénélope Bagieu) – tuuuuuerie ; Les deux vies de Baudouin (Fabien Toulmé) – ultra touchant. Des coups de cœur qui se sont ensuivis de deux autres très très différents : Quartier lointain (TANIGUCHI Jiro) et Ruines (Peter Kuper). J’ai mis un peu de temps à lire ce dernier album parce qu’il était en noir et blanc (comme beaucoup dans le milieu d’ailleurs). Finalement, on est captivé dès la première page. Eh oui, la colorisation d’une BD coûte extrêmement cher. Elle demande un énorme travail manuel et minutieux.

D’un album à l’autre, on découvre des styles très différents. C’est agréable visuellement !
Quartier lointain : seules les premières pages sont en couleur.

Prochainement, sur ma liste : Un océan d’amour (Gregory Panaccione et Wilfrid Lupano) ; La Présidente (Farid Boudjellal et François Durpaire) ; L’arabe du futur (Riad Sattouf), Locke and Key (Hill & Rodriguez), Lulu femme nue (Etienne Davodeau). Et vous, les matcheurs, quelles BD me conseillez-vous ?


Et vous ?

Laquelle de nous deux vous a fait changer d’avis ?

4 Comment

  1. nathalie says: Répondre

    Bravo pour les BD ! Je te conseille la BD THE PREACHER à lire et s’en suit la série HBO ! Mais attention humour très noir ….Une vraie merveille .
    ASTERIX en CORSE est terrible et n’a rien à voir dans le genre!
    Bisous

  2. 2filles1match says: Répondre

    *Agathe*
    Yesss, merci Nathalie pour ce point !
    Ok pour The Preacher, je me l’ajoute à ma liste ! Ca me tente bien avec la série derrière ! Et pourquoi pas jeter un oeil à Astérix aussi, je suis curieuse !
    A bientôt et bisous !

  3. Un retour en enfance 🙂 je sais pas si c’est une mode qui revient mais les vinyles reprennent vie 🙂 il y a deux semaines à peine on a arpenté les marchés vintages pour une copine afin de trouver des vinyles ! Je trouve que c’est une super idée, reposant et mieux que la TV en bruit de fond ! Et petit plus, est-ce que votre vynile falt bien le petit bruit de démarche comme quand les vieux films 🙂 ?

    1. 2filles1match says: Répondre

      *Camille*
      C’est vrai qu’il y a un effet de mode mais c’est chouette de pouvoir tomber sur des vinyles aussi facilement et de se replonger dans la culture de nos parents.
      Sur la platine d’Agathe, oui, on retrouve ce petit grésillement ! La mienne est moderne donc non mais ça ne me dérange pas du tout, au contraire, je préfère le son plus net !

Laisser un commentaire