Votre city-trip à la carte (de France)

Ça n’aura échappé à personne, cette douceur ambiante qui fait penser au printemps… Et qui donne envie de partir en week-end ! Dans ce match, on vous embarque chacune pour un city-trip différent et de caractère : c’est la grande ville face au site inscrit au « Patrimoine mondial » de l’Unesco. Mais, selon vous, qui a choisi quoi ?

Entre Normandie et Bretagne… Avec Agathe

La vue depuis la plage qui fait face à la maison d’hôtes dans laquelle j’ai séjourné.

Ça y est, j’ai enfin mis un pied en Normandie ET en Bretagne. On m’en parle depuis que je suis à Paris ! Et je comprends pourquoi ces régions mettent tout le monde d’accord (même Camille est séduite, relisez ce match) : elles regroupent à la fois de superbes villes et des environnements naturels préservés. Le tout loin de la cohue, du stress et de la pollution (ce à quoi vous n’échapperez pas à Bordeaux). D’ailleurs, qu’y fais-tu, Camille, toi qui aimes les grands espaces et les champs à perte de vue ? Tu t’es perdue ? Moi, pour arriver à Cherrueix (village de 1 000 habitants en bord de mer entre le Mont-Saint-Michel et Saint-Malo), j’ai roulé pendant environ quatre heures depuis Paris. Les derniers kilomètres sous un soleil de plomb. Comme quoi, pas besoin d’aller dans le sud. De toute façon, Bordeaux n’est pas spécialement connue pour son climat. Encore un argument mis à bas pour toi, Camille.

Pour ce week-end, mon point de chute, c’était la maison d’hôtes Le lac, un endroit plein de charme situé à Cherrueix, face à la mer. Déjà, rien qu’avec ça, Camille, tu te prends le revers de la vague de vin bordelais. Tu as dormi où, toi, déjà ?

Pour moi, pas encore l’heure de dormir ni de profiter du vaste jardin calme, fleuri et arboré… Plutôt celle de manger (il est midi) et de voir si les spécialités sont à la hauteur. Ça tombe bien, à Cherrueix, il y a une bonne petite adresse (peut-être même la seule) : L’Abri des grèves (je vous la recommande si vous êtes dans le coin ou de passage, sobre mais délicieux et très convivial). Au menu : des crêpes faites maison. Bien moins lourd que les plats en sauce pour lesquels Camille peut opter… Et puis, peux-tu te vanter d’avoir déjeuné face à la mer ? Le restaurant est situé en bord de plage et dispose d’une grande baie vitrée dont profitent tous les clients. La digestion se fait en marchant un peu sur la plage… Avec vue sur notre destination de l’après-midi : le Mont-Saint-Michel. Ça y est, la détente est amorcée, on peut commencer la visite.

À mon arrivée, j’ai été surprise de voir qu’il était super facile de s’y garer (c’est gratuit) ou d’y venir en transports. D’ailleurs, le site a été spécialement aménagé pour il y a quelques années. La balade le long de la passerelle qui rejoint le Mont est plus qu’agréable… On arrive à marée haute, juste le temps de faire le tour du site classé au « Patrimoine mondial » de l’Unesco. Beaucoup de restaurants et boutiques à touristes ou religieuses mais visite obligée de l’abbaye (avec audioguide de préférence) !

C’est bien cette abbaye à l’architecture très travaillée qui domine le Mont.
Le cloître de l’abbaye. J’aime bien ces endroits, ils me projettent à une autre époque.

C’est exceptionnel et unique… Rien que la vue, là-haut, vaut le coup ! Pey Berland peut aller se rhabiller et ta version édulcorée de la Tour Eiffel aussi, Camille. Je vous laisse admirer la redescente de la marée…

La vue depuis le haut du Mont est à couper le souffle et change chaque heure contrairement aux vues classiques que vous propose de voir Camille.
De là-haut, on aperçoit même un groupe en pleine balade dans la baie (mieux vaut y aller avec un guide, les marées sont imprévisibles !).

À propos de marée, c’est un phénomène que je ne connaissais pas vraiment (il n’y en a pas en mer Méditerranée… Ni à Paris haha !). Ça fait un intérêt de plus de préférer ce genre de site plutôt qu’une grande ville (même si, apparemment, la marée n’est plus naturelle là-bas, elle a été prolongée par l’Homme par le biais de déplacements de bancs de sables… Dommage !). En tout cas, l’après-midi s’est terminée par une « balade en baie » pieds nus autour du Mont. Le pied (c’est le cas de le dire) ! Casquette, lunettes et coupe-vent pour les deux heures trente de balade avec un groupe restreint et de grands espaces à observer… En parfaite communion avec la nature, j’vous dis ! N’imaginez pas Camille dans les vignes, elle était plutôt à sillonner de grandes avenues et à buller dans les commerces… Ou les bars à vin.

Une autre face du Mont et ce reflet dans l’eau exceptionnel. Rien que de revoir cette photo, je m’évade…
L’appel du grand air, ça donne envie, non ? J’ai pris cette photo pendant ma balade guidée à pied.

C’est d’ailleurs en me posant dans un café que j’ai terminé ma journée, rincée. Que c’est agréable et paisible, aux alentours de 18h quand le Mont se vide ! Car, c’est vrai que ses ruelles sont particulièrement prisées la journée. Quelques photos plus tard et me voilà à La ferme du Mont-Saint-Michel, ce restau très connu à l’entrée du site… Et délicieux ! Oui, oui, il y a aussi du gastro en Normandie. Bordeaux n’est pas maître en la matière ! Et, là aussi, on déguste des produits du terroir – de la mer ou non, d’ailleurs (à faire avec un minimum de budget mais il existe des menus). Je ressors plus que conquise, donc, par cette journée au « rocher » comme on l’appelle.

Dernier moment immortalisé avant de quitter le Mont… C’est magique !

Deuxième jour : après avoir bullé dans le jardin de la maison d’hôtes et flirté avec la marée (beaucoup trop basse ce matin-là), j’ai mis le cap sur Cancale, son célèbre port et son coquet centre-ville en hauteur. Dégustation presque obligatoire d’huîtres du marché fraîchement pêchées au bord de la plage (je n’aime pas trop ça mais les amateurs auraient été comblés : quelle finesse !)…

Arrivée en voiture sur Cancale : les couleurs sont magnifiques !
Rien à envier aux restos bordelais… Je préfère me la jouer « nature ». Au fond, plantées dans l’eau, les cultures d’huîtres, justement 😉

Mais que Camille remballe sa joie, ce « cliché » n’était que la mise en bouche ! J’ai décidé de faire quelques courses dans les commerces de la ville pour un pique-nique improvisé sur les falaises de la pointe du Grouin. C’était juste magnifique et, là encore, en plein cagnard et en tee-shirt ! Eh oui, en Bretagne, c’est bien connu : on ne sort jamais sans sa parka… ET sa crème solaire ! Si vous avez envie de chiller sur une jolie plage de sable, j’ai découvert par hasard celle du Verger… Coups de soleil garantis (oups !). Ceci dit, mieux vaut rougir du soleil qu’à cause du vin bordelais, hein Camille ?

On se croirait presque à Marseille près des calanques ! Eh non, la Bretagne n’a apparemment rien à envier au sud chéri de Camille.

D’ailleurs, tu n’as pas fini de te prendre des tacles : si ton bassin d’Arcachon a pu aller se rhabiller face à mes criques et falaises sauvages, ton week-end a encore moins de choses à envier à mes destinations que je l’ai terminé par une visite de Saint-Malo, à trente minutes encore plus à l’ouest. J’ai moins été séduite par l’intérieur de la ville fortifiée que par certains spots précis (le tour des remparts, les plages et le fort que l’on rejoint uniquement à marée basse). Mais, si l’on réussit à ne pas se faire piéger dans un restau à touristes, on peut très bien y manger (La Bouche en Folie) et la balade est agréable.

L’Hôtel de Ville de Saint-Malo représente bien l’architecture de la ville avec le début des remparts sur les côtés.
Seule la marée sépare ce fort des remparts. Attention à ne pas y rester bloqué !

Une piscine d’eau naturelle et une eau translucide et propre : je suis sous le charme et profite de mes dernières heures !

Je pense qu’avec ce match, vous l’avez compris : un week-end entre Normandie et Bretagne, c’est dépaysement et déconnexion assuré. Rien à voir, donc, avec le city-trip (à prendre au sens premier du terme) de Camille. N’empêche que tu as beau critiquer le fait que j’y sois allée en voiture, c’est bien toi qui en possèdes une (moi, je me la suis fait prêter) ; pour partir en week-end (uniquement), c’est bien plus pratique si l’on compte visiter plusieurs villes plutôt que de dépendre d’horaires ou de billets de train réservés (moi, j’ai le choix de la liberté et de l’envie du moment) ; et puis, le bouquet (de fleurs cueillies en Bretagne) final, c’est le fait de pouvoir parler avec son copain ou ses amis sur le trajet du retour et de ne pas être obligé de rester discret. C’est tout sauf ce dont on a envie après de tels moments de partage et de découverte !

Alors, Camille, si tu t’imaginais que j’avais passé trois jours sur le rocher du Mont-Saint-Michel à me faire arnaquer par le coût de la vie (touristique), je pense que tu es tombée bien bas (plus au sud encore que Bordeaux haha)… Jusqu’à te noyer au fond de ton énième verre de vin (d’ailleurs, que fais-tu de ceux qui n’aiment pas le rouge ?) et sombrer face à la grandeur du Mont-Saint-Michel et de tout ce que ces régions proposent de découvrir autour. Ceci dit, maintenant que tu habites à Paris, je ne me fais pas de souci pour tes prochains week-end : tu te rapprocheras forcément de tes racines plus naturelles.


Camille passe du rose au Bordeaux

La fontaine du monument des Girondins.

Ahh, mon sud-ouest chéri ! Vous le savez, je l’adore ! Certes, c’est la gué-guerre entre Toulouse et Bordeaux mais j’ai quand même décidé de vous parler de mon city-trip bordelais de fin octobre…
Je cherchais une ville où je n’étais jamais allée. Une ville accessible rapidement depuis Paris sans que le billet aller-retour ne me coûte un bras ! Bordeaux-Paris, c’est environ 3h30 en TGV (à partir du mois de juillet de cette année ce sera deux heures grâce à la LGV). Quand j’ai réservé mes billets, c’était assez abordable (100 € l’aller-retour) et à de bons horaires pour profiter un max du week-end ! Agathe, elle s’embête, à partir en voiture. Elle sera encore plus fatiguée pendant et après son week-end. Et, au final, sur trois jours, si vous bougez dans plusieurs villes différentes, vous ne profitez pas pleinement de chacune d’elles. Attention à ne pas survoler ton week-end ou à expédier un site extraordinaire figurant au « Patrimoine mondial » de l’Unesco.

J’étais contente quand j’ai appris, quelques jours avant mon week-end, que Bordeaux venait d’être nommée « ville la plus tendance au monde »par Lonely Planet. Selon le guide, c’est LA ville à visiter en 2017 et c’est la première fois qu’une ville française arrive en tête du classement. J’ai vraiment tapé dans le mille. Agathe, le Mont-Saint-Michel, c’est so has-been. Je ne le vois nulle part dans ce classement ! Tu t’es plantée de destination ou bien ?

Ma sélection bordelaise

  • Pour découvrir des spécialités : les canelés en tête ! Et le vin (mais ça, on en parlera plus bas). J’adore ça d’ailleurs je peux vous dire qu’il faut aller à Bordeaux pour en connaître le vrai goût. J’ai voulu pousser l’expérience un peu plus loin en testant les canelés de deux grandes enseignes : La Toque Cuivrée et Baillardran. La seule différence majeure, c’est que les canelés de la seconde sont plus chers que ceux de la première.
De belles petites bouchées qui donnent envie !
  • Pour prendre de la hauteur : la tour Pey Berland. L’escalier est hyper étroit mais, une fois arrivé en haut, on profite d’une vue à 360° sur Bordeaux : les édifices, la Garonne, les clochers et la cathédrale Saint-André juste en bas. Dommage, les bâtiments sont très gris. En haut du Mont-Saint-Michel, Agathe aura vite fait le tour : il n’y a rien à voir… Juste de l’eau ou des bancs de sable.
Et un petit cannelé avant de monter la tour Pey Berland !

 

 

Une partie de la vue depuis la tour Pey Berland.
  • Pour tout savoir sur l’histoire du vin : la Cité du Vin, bien sûr ! Ils sont loin d’être chauvins, les Bordelais. Ici, vous allez découvrir tous les vins possibles et inimaginables ! Une immersion totale dans cet univers plutôt fermé. Même si vous n’êtes pas amateur, vous pouvez y aller pour enrichir votre culture (il y a une grande partie sur la création du vin, sa place dans la société…). En plus, c’est un lieu très interactif : vous sentez, touchez, dégustez… Tous les sens sont en éveil ! J’ai adoré et j’ai appris des tas de choses. C’est ma meilleure visite bordelaise. Tu as appris des choses, Agathe, pendant ton week-end ?
Impossible de rater l’architecture de la Cité du Vin.
Chaque objet a une odeur. La dégustation du vin passe par l’éveil des sens.
La fin de la visite se termine par un verre au belvédère.
  • Pour bien manger : la liste est trop longue ! J’ai adoré tous les restos où j’ai mangé. La cuisine est hyper variée. Du français, de l’italien, du gastro, du thaï… Il y a du choix et je ne savais plus où donner de la tête ! Heureusement que le week-end était sportif (j’ai préféré la marche au métro – c’est tellement mieux pour découvrir une ville) sinon j’aurais pris cinq kilos en trois jours ! Mes deux chouchou : Le Quatrième Mur de Philippe Etchebest (j’en parlais dans ce match) et Chez Peppone (le meilleur italien jamais mangé !). D’ailleurs pour ce resto italien, c’est une matcheuse qui m’a donné l’adresse sur notre compte Instagram quand j’étais sur place : la déco, totalement atypique, des plats hyper savoureux de toute l’Italie (aucune région mise de côté) et une cave à vin au sous-sol pour choisir soi-même sa bouteille (un vrai labyrinthe avec des têtes de sangliers et de gros jambons). Le petit bémol, c’est l’attente. On ne peut pas réserver de table. Mais, croyez-moi, ça vaut le coup de patienter pour un tel resto ! Merci Marie (@magnbr sur Instagram) pour ce bon plan !
La fameuse cave de Chez Peppone, remplie de vins et de jambons !
  • Pour s’émerveiller devant l’architecture : à la fois moderne et historique ! Je ne m’attendais pas à autant de contrastes. Il y a du vieux et du neuf. Bordeaux marie parfaitement les deux genres. C’est ce qui donne cette touche d’authenticité. Une ville qui sait conserver son Histoire tout en apportant de la modernité, j’approuve totalement !
Au fond à droite : la grande cloche de Bordeaux.
La Porte Cailhau, un vrai coup de cœur. Elle est classée monument historique.
  • Pour se balader à la tombée de la nuit : sur les bords de la Garonne, pour observer le coucher de soleil. C’est magnifique et, rien que pour ces couleurs, je pourrais vivre à Bordeaux. Le soleil qui se couche mais aussi la nuit qui se reflète dans son miroir d’eau, c’était juste sublime !
Le pont de pierre et son coucher de soleil.
Le miroir d’eau et son reflet limpide.
  • Pour faire du shopping : aïe, la CB ! C’est à Bordeaux qu’on trouve la plus longue rue commerçante piétonne d’Europe : la rue Sainte-Catherine. Impressionnant, je sais. J’ai adoré le centre commercial en plein air de la Promenade Sainte-Catherine. Autre endroit incontournable pour shopper à la folie : le Quai des Marques ! Il s’agit de magasins d’usines le long de la Garonne. Hyper agréable pour se balader un jour ensoleillé ! Autre point positif : les magasins sont ouverts les dimanches car Bordeaux se trouve en zone d’intérêt touristique. Laisse tomber les magasins, Agathe, au fin fond de la Bretagne ou de la Normandie ! Tout au plus, tu ramèneras du cidre ! Je ne parle même pas des boutiques attrape-touristes du Mont-Saint-Michel… Ne me dis pas que tu as ramené des biscuits de la Mère Poulard ?! #touristeultime
Le Quai des Marques avec une vue sur le très connu pont Jacques Chaban Delmas.
  • Pour prendre le large à moins d’une heure de train : Arcachon. Une petite escapade qui m’a donné une vraie bouffée d’air frais : merci l’océan ! Il fait beau, l’eau est claire… L’été joue les prolongations alors que c’est presque le mois de novembre : que demander de plus ? Pour le Mont-Saint-Michel, à la même période de l’année, j’aurais plutôt eu de la pluie ! Revenons à Arcachon. Je suis aussi montée en haut de la Tour Eiffel de la ville (oui oui, vous avez bien lu son nom). Elle n’est pas très stable mais la vue vaut le coup d’œil. En plus, c’est gratuit !
Comment résister à une plage pareille ?
La fameuse Tour Eiffel d’Arcachon.
La vue d’Arcachon depuis la tour (photo juste au-dessus).

Moi, la Toulousaine, je déclare ma flamme à la belle bordelaise ! Oui, je suis tombée sous le charme de Bordeaux. Elle a tant à offrir. J’aime le fait qu’elle soit une ville à taille humaine, où il fait beau (pour fin octobre, on était en tee-shirt !), où les gens sont chaleureux. Bordeaux, je reviendrai car je n’ai pas vu toutes tes merveilles ! Oui, il y a tant de possibilités. Ce n’est pas le cas du city-trip que vous propose Agathe. Le site du Mont-Saint-Michel restera toujours le même. Alors, le voir une fois, d’accord, mais y retourner, non merci. En plus, à Bordeaux, vous pourrez facilement oublier les touristes. Ce n’est pas le cas pour Agathe dans les petites rues du Mont : il faut jouer des coudes pour se frayer un chemin !

Tiens, une 2filles1match ravie de sa virée bordelaise !

Pour aller plus loin et faire le plein de bonnes adresses, voici des blogueuses bordelaises que je suis : Camille in Bordeaux, Les Pavés Bordelais, Mademoiselle Modeuse et La Penderie de Chloé.


Et vous ?

Laquelle de ces deux destinations vous tente le plus ?

4 Comment

  1. je suis allée dans toutes les villes de ce match dernièrement aussi bien en Normandie qu en Bretagne ou à Bordeaux
    difficile de choisir car j ai aimé les 2 mais qd tu parles de Saint Malo la ……
    C est ma ville de coeur
    j en parlais il y a quelques semaines sur le blog
    je ne sais pas si j aurais l occas d y retourner en 2017

    1. 2filles1match says: Répondre

      *Camille*
      Ohlalala Tania, je ne pouvais pas rivaliser avec Agathe si Saint-Malo est ta ville de cœur. Dommage pour moi ! J’irai voir ton article pour pouvoir comparer avec l’avis d’Agathe !
      Bisous bisous

  2. Mc says: Répondre

    Cc les filles !
    J adore le mont st michel j adore st malo
    Je ne connais pas bordeaux et ma curiosite m attire pour bordeaux bisou

    1. 2filles1match says: Répondre

      *Agathe*
      Ahh le Mont-Saint-Michel et Saint-Malo, c’est tellement bien ! Tu verras, Bordeaux, ça n’a rien à voir mais c’est très sympa aussi ! 🙂

Laisser un commentaire