Banc d’essai #6 – Les spécialités culinaires du sud

Finis les repas de fêtes et ses plats riches et savoureux ? Pas tout à fait ! Avec nous, vous allez jouer les prolongations le temps d’un banc d’essai. On y a mis les spécialités culinaires de nos régions d’origine où l’on a chacune passé quelques jours pour Noël. De quoi vous mettre en appétit… Tout en voyageant !

Agathe fait voyager votre palais en Méditerranée

Qui dit Méditerranée dit légumes du soleil. Avec moi, vos repas vont pouvoir s’alléger (contrairement à Camille qui va vous proposer du lourd et du fat !). Je me demande bien ce que va penser sa diététicienne… Mais retournons à notre terrasse ensoleillée. Oui, car, à Nice, il semblerait que ce soit dans ce cadre que l’on déguste des spécialités légères et savoureuses – ou, si on a de la chance, directement chez soi. Lesquelles ? Je me suis rendue compte qu’on avait l’embarras du choix et j’en suis encore étonnée d’en faire le constat !

  • En entrée, on parle socca (galette de farine de pois chiche cuite au four), pissaladière, salade de poulpe, salade niçoise, fougasse (à trouver sur le marché du cours Saleya).
2
Sur le marché du cours Saleya, en pleine préparation de la socca.
2.
Eh non, la socca ne ressemble à rien. Saupoudrée de poivre, c’est un régal… Et ça cale !
  • Pour le plat principal, vous avez le choix entre des beignets de fleur de courgette, de la ratatouille, des farcis (aux sardines, anchois, aubergines), de la soupe au pistou, des panisses, de la polenta ou des gnocchis sauce daube. Côté sandwich (aux légumes), vous avez le pan bagnat.
Slide1
De g. à d. et de h. en bas : polenta sauce à la daube, fougasse aux champignons tomates, beignet de fleur de courgette (la tuerie culinaire !) et pan bagnat.
  • Niveau dessert, on part sur la tourte de blette ou les ganses en période de carnaval (beignets sucrés à la forme atypique).

Pas sûre que tout le monde connaisse l’ensemble de ces spécialités (contrairement à celles de Camille qui sont très connues) ni qu’elles soient dans vos assiettes au quotidien. Ça tombe bien car ce n’est pas le cas pour moi non plus même si, étant niçoise d’origine, je les ai déjà toutes goûtées. Passons au menu que je vous ai sélectionné :

MENU DÉGUSTATION 

*Amuse-bouche*

Olives noires du jardin

*Entrée*

Carrés de pissaladière

*Plat principal*

Soupe d’été au pistou

*Dessert*

Tourte de blettes

À table !

  • Les olives de Nice : impossible de se tromper, ce sont de toutes petites olives noires (voire couleur aubergine). Il en existe de nombreuses variétés. Elles ont vraiment un goût particulier qui les rend uniques et ne sont pas aussi fortes que les olives noires que l’on peut avoir l’habitude de manger. Je les trouve idéales pour changer d’avis sur ce fruit (oui, c’est un fruit !) même s’il y a moins à manger dessus… Pour accompagner le repas, on vous proposera du vin de Bellet (souvent rouge, produit dans les hauteurs niçoises). Perso, je passe mon tour : je ne suis pas très vin et celui-ci n’est pas exceptionnel…

    4
    Les olives de Nice classiques ou aromatisées aux herbes récoltées dans la région.
  • La pissaladière : je pars avec l’avantage d’être une fana d’oignons. C’est la base de ma cuisine ! Alors cette tarte salée à l’oignon surmontée d’olives de Nice et d’anchois est un vrai régal ! À condition d’avoir une bonne pâte épaisse mais aérée. Du coup, il peut être difficile d’en trouver une bonne. D’ailleurs, moi, j’enlève les anchois. Dommage, c’était presque un sans faute !

    5
    En terrasse à l’Amüse-Bouche avec cocktail, pissaladière… Et olives de Nice !
  • La soupe au pistou : pour le coup, c’est ma plus récente découverte (l’an dernier) et une très belle surprise ! De prime abord, elle n’est pas très ragoutante… Dans une marmite, on cuisine de nombreux légumes (oignon, courgette, haricots blancs, verts et rouges, pommes de terre, tomates, carottes, céleri) ainsi que des petites coquillettes. Elle est servie, dans l’assiette, avec une sauce pistou (d’où son nom) et parmesan qui en font un vrai délice ! Je valide et je recommande même si c’est plutôt un plat d’été.

    6
    Ma première dégustation de soupe au pistou… Maison (merci maman !).
  • La tourte de blettes : encore du vert, oui, puisque, la base, c’est la blette niçoise (épinard) dans une tourte sucrée avec des raisins secs et saupoudrée de sucre glace. Si vous en mangez une bien faite, elle sera dans l’esprit du sucré-salé. Habituellement, j’adore mais il faut dire que les épinards sont forts en goût.

    7
    Les tourtes de blettes fraîches et maison de la Boccafina !

Verdict : je valide à 90 % la cuisine niçoise ; elle est savoureuse, à peu près légère, variée et originale. Seul point négatif : tout n’est pas forcément évident à cuisiner chez soi (et, puis, il faut avoir les bons légumes). Point bonus pour la ratatouille, ma préférée, facile à préparer ! Pour le reste, on ne se fait pas des menus aussi complets à chaque repas, c’est pourquoi de nombreux restaurants proposent des assortiments de petites portions de différentes spécialités. Même chose sur le marché du cours Saleya. C’est vraiment ce que je vous recommande.

Les spécialités de Camille sont lourdes, grasses et ne font pas rêver. Et, puis, elle passe complètement à côté de ceux qui ne mangent pas de porc ou de viande (et c’est sans compter sur la question de la condition des animaux !). Alors que la cuisine de Nice régale tout le monde (surtout Camille, en plein rééquilibrage alimentaire !) et toute l’année.

Si vous avez envie de découvrir ces spécialités, voici mes adresses préférées :
L’Amüse-Bouche, place Garibaldi à Nice : le tendance en terrasse.
La Boccafina, à Lucéram (arrière-pays niçois) : l’authentique.
Le restaurant du Gesu, dans le vieux-Nice : le convivial mais touristique.
Lou Pantail, à Nice Nord : le familial qui propose aussi de la cuisine italienne.
Les Niçois, Paris 11 : l’original avec épicerie et terrain de pétanque.


Saveur, qualité et authenticité, le terroir du sud-ouest de Camille

6

Accrochez-vous… Les spécialités culinaires de la région toulousaine, c’est du costaud ! À côté, Agathe et ses plats niçois ne font pas le poids. Avec Toulouse, je vous parle de vraie gastronomie et pas de légumes qui ne vous rassasieront pas ! Certes, cette cuisine riche n’est pas celle que vous mangerez tous les jours : elle est grasse, très consistante et peu équilibrée ! Je te vois venir, Agathe. Tu vas forcément me dire que ce n’est pas approprié avec mon rééquilibrage alimentaire. Mais se faire plaisir avec un bon plat n’est jamais une mauvaise chose. Il faut juste que ça reste occasionnel.

Sur le ring, je vous propose de tester plusieurs spécialités de la région de la chocolatine (oui, je suis fière de l’appeler comme ça) :

  • Le cassoulet
    C’est clairement le plat convivial mais aussi le moins glamour du Sud-Ouest. Il est composé de lingots blancs du Lauragais : ce sont des haricots blancs (petit clin d’œil aux haricots de Soissons même si ce ne sont pas les mêmes). Ensuite, selon les villes (Castelnaudary, Carcassonne ou Toulouse), la recette varie : confit de canard, jarret de porc, saucisses de Toulouse… Agathe, tu vas être surprise mais c’est un vrai plat tendance : les New Yorkais mangent du cassoulet ! Il y a même un festival du cassoulet à NYC. Si, si ! Sinon, plus près de chez vous, vous avez la fête du cassoulet tous les ans, au mois d’août, à Castelnaudary.
    Moi & le cassoulet : j’en mange très rarement (une fois par an… et encore). Ce n’est clairement pas mon plat préféré. Je le trouve souvent trop salé. Je passe mon tour !
  • Le foie gras
    1Vous en avez certainement mangé pour vos repas de fêtes. Même toi, Agathe ! Je ne vous présente plus ce grand classique de la gastronomie française qui vient du sud-ouest (moi, chauvine ?) ! Il se déguste cru, mi-cuit ou poêlé. En accompagnement : des toasts, du pain d’épice, du confit d’oignons… Alors, oui, Agathe, pour avoir du foie gras, on gave les oies et les canards (pas terrible cette manière de faire) mais, quand il y en a à table, on n’y pense pas : on se régale, c’est tout.
    Moi
    & le foie gras : j’adore tout simplement (même si, quand j’étais petite, on me disait que c’était du pâté. C’était l’excuse de vos parents pour vous aussi ?). Tout bon pour le foie gras !
  • Le magret de canard
    5Comme le foie gras, il se cuisine de différentes façons : grillé, poêlé, fumé ou séché. Pour vraiment l’apprécier, il faut le déguster encore saignant ou rosé (moi qui aime la viande plutôt « à point », le magret fait figure d’exception).
    Moi
    & le magret de canard : 8/10. C’est très bon ! Accompagné de légumes et de quelques patates, l’assiette reste plutôt équilibrée.
  • La salade du sud-ouest ou périgourdine
    Remballe ta salade niçoise, Agathe ! Je te parle de vraie salade : celle qui pourra te caler toute une journée. Celle du sud-ouest est composée de salade verte, tranches de confit de canard, magret ou gésiers, pommes de terre, haricots ou tomates et d’un bon assaisonnement.
    Moi & la salade du sud-ouest : je la prends volontiers au resto mais attention à la quantité de graisse et de pommes de terre dans l’assiette ! Certains restaurateurs oublient que c’est une salade avant tout.
  • La croustade
    3Encore une petite place pour le dessert ? C’est la croustade qu’il faut prendre. Chez moi, en Ariège, la spécialité, c’est la croustade aux pommes. Il s’agit d’une pâtisserie à base de pâte feuilletée et de compotée de pommes. magret ou gésiers, pommes de terre, haricots ou tomates et d’un bon assaisonnement.
    Moi
    & la croustade : le point positif est de retrouver des fruits dans ce dessert. Mais surveillez les calories : pâte feuilletée + sucre n’en font pas un dessert si light que ça ! Prenez une petite part et ne vous resservez pas (surtout si vous avez mangé du magret juste avant).

Verdict : même si je suis fière d’être originaire du sud-ouest, je ne mange pas ces spécialités tous les jours ou tous les mois ! Et c’est peut-être mon plus gros reproche de la cuisine toulousaine : elle est trop riche. Mais, finalement, c’est un peu à l’image des habitants du sud-ouest, on donne beaucoup et on est très accueillant. Ça se ressent forcément dans l’assiette !

Si vous ne connaissez pas ces spécialités, je suis sûre que, maintenant, vous avez envie de les goûter. Rendez-vous à Toulouse ! Si c’est trop loin pour vous, tentez un restaurant aux spécialités du sud-ouest… Même s’il n’y a rien de mieux que d’apprécier un bon cassoulet, place du Cap’ (ndlr : place du Capitole, à Toulouse).

7
Petit bonus : voici des spécialités provenant de mon petit village ariégeois !

Et vous ?

Vous craquez plutôt pour les spécialités niçoises ou toulousaines ?

10 Comment

  1. Koalatagada says: Répondre

    Totalement toulousaine j’aime le gras ^^ donc mon vote Va à Camille 🙂 meme si je peux pas manger Ca TOUT les jours ^^

    1. 2filles1match says: Répondre

      *Camille*
      Ah ouais, carrément le gras lool ! Tu me diras, ça va bien avec la cuisine toulousaine, ça, et ça m’arrange bien pour ce point 😀
      Merci Angelika et à très vite !
      Bisous, bisous

  2. Norhene says: Répondre

    TEAM Agathe … 100% Méditerranée on ne s’en lasse pas de nos spécialités!!

    1. 2filles1match says: Répondre

      *Agathe*
      Oh que non, on ne s’en lasserait pas, je suis d’accord avec toi, Norhene alors merci pour ton point !! N’hésite pas à me faire partager tes recettes si tu en as des sympa !

  3. Kloé says: Répondre

    Pour ce match, team Agathe ! Désolée Camille, mais alors la cuisine du Sud-Ouest, comment dire ça… je n’aime vraiment pas vos spécialités haha. Je passe mon tour sur le foie gras et le cassoulet, mais j’accorde un point pour les magrets de canard (ça ok c’est délicieux !).
    Agathe, ton menu et toutes tes petites spécialités donnent l’eau à la bouche,. Du coup, il va falloir que je me case un WE à Nice pendant 2017 pour aller faire le tour de tes petites adresses 😉 PS : mention spéciale pour le bar des niçois à Paris qui est super sympa !

    1. 2filles1match says: Répondre

      *Agathe*
      Hello Kloé !
      Hahaha ton commentaire m’a bien fait rire ! Et quelle franchise ^^ Je suis un peu comme toi vis-à-vis de la cuisine du sud-ouest trop lourde et copieuse… Alors je suis vraiment contente de t’avoir donné envie ! En plus, Nice est vraiment une ville qui mérite d’être visitée, tu as largement de quoi faire dans la ville et aussi dans l’arrière-pays et en montagne, bref, on pourrait y passer un mois sans s’ennuyer… N’hésite pas à me dire si tu l’organises, je te filerai des bons plans et les incontournables à voir !
      Bisous !!

  4. mc says: Répondre

    Team Agathe à 1000 %

    La cuisine méditerranéenne un régal !!!!
    et la niçoise tu peux la déguster toute l’année….
    la courgette de Nice quelle finesse, les poivrons rouges grillés à l’huile d’olive une tuerie !!!

    et les « merda de can » un délice !!!!
    il y en a tellement !!!!!

    bisous

    1. 2filles1match says: Répondre

      *Camille*
      Eh ben, MC ! C’est sûr, cette fois, il n’y avait pas de doute pour toi. Tu as l’air de t’y connaître niveau spécialités du Sud, je crois que tu vis là-bas, non ?
      En tout cas, tu me donnes envie dans ton commentaire !
      Bisous et à très vite !

  5. match nul
    bcp de mal à vous départagez
    je ne connais aucunes des spécialités de Agathe
    à découvrir si je descends à Nice

    1. 2filles1match says: Répondre

      *Agathe*
      Tu ne seras pas déçue je pense 😀
      Bises !

Laisser un commentaire