Sur la route des festivals

Ça y est, la saison des festivals est lancée pour nous ! Pas celle de Coachella ni du Tomorrow Land (un jour, peut-être)… Non, dans ce match, on sillonne les routes de France au rythme des sonorités des quelque 500 festivals qui s’y déroulent chaque année. Petit ou grand, en province ou en région parisienne… Pour acheter vos pass, il faudra d’abord choisir votre playlist !

Les festivals à taille humaine de Camille

Rassurez-vous, quand on parle de petits festivals, ce n’est pas une fête améliorée entre amis. C’est peut-être ce que tu imaginais, Agathe. D’ailleurs, comment peut-on juger qu’un festival soit grand ou petit ? Par le nombre de festivaliers, par la durée ou par les têtes d’affiches ? J’ai ma méthode. Pour moi, les gros festivals, ce sont les plus connus et les premiers que les personnes peuvent citer. Ceux dont je vais vous parler n’ont rien à voir et vous ne les connaîtrez peut-être pas (sauf si vous habitez les environs ou que vous êtes un dingue de festoch’) : avec moi, ce sera donc une totale découverte – pas comme Agathe et ses gros festivals que tout le monde connaît. Je me demande bien ce qu’elle va pouvoir vous apprendre…

Focus sur le festival Pic’Arts :

P1200570
Souvenir de l’édition 2013 de Pic’Arts avec Barcella sur scène.

C’est le petit festival à côté de chez moi, à Septmonts précisément (10 km de Soissons / à environ 1h de Paris en voiture). Il se déroule sur deux jours. Cette année, j’ai pris mes places pour le vendredi. Dans la même soirée, on peut écouter du rock, de la pop, du jazz, du funk ou même de l’électro. Vous ne raterez aucun artiste puisqu’il n’y a qu’une seule scène. Le site est d’ailleurs hyper original : ça se passe dans le parc d’un donjon ! J’en avais déjà parlé dans cet article (lien). Côté tarif : le pass 2 jours coûte 45 €. Et, pour vous donner envie, cette année, il y a : Hyphen Hyphen, L.E.J., Electro Deluxe Big Bang, The Shoes, Jeanne Added ou encore Lilly Wood And The Prick. Alors, vous n’avez pas envie d’y aller ? Bonne nouvelle, il reste des places ! Plus d’infos : ici.

Ma sélection d’autres petits festivals :

Diapositive1

  • Le Cabaret Vert à Charleville-Mézières dans les Ardennes. C’est un festival qui concurrence de plus en plus Rock en Seine et qui se passe d’ailleurs à la même période (filez voir la prog, le festoch’ du parc de Saint-Cloud n’a qu’à bien se tenir !) ;
  • Pause Guitare à Albi dans le Sud-Ouest de la France, une ambiance qu’on ne peut retrouver que dans le Sud ;
  • Idem pour le festival Garorock à Marmande qui mériterait d’être plus connu ;
  • On change de sud, direction l’Est avec Les Plages Electroniques à Cannes. Une grosse fiesta les pieds dans le sable avec un bain de minuit ou… De 2h du mat’ ! Et pas de DJ de pacotille comme on peut trouver lors de soirées plages classiques mais bien des grosses pointures du genre.

Et, pour achever Agathe, voici mes raisons de préférer les petits festivals :

  • Pour aller à un festival, il faut évidemment acheter ses billets. Pour se rendre aux petits, vous pouvez acheter vos tickets sur place : parfait pour les retardataires ! Oubliez l’improviste tout de suite avec les gros festivals : c’est souvent sold-out bien avant l’événement.
  • Dans les gros festoch’, il y a trop de monde et la foule, ça peut oppresser ! On en parle de la queue de deux heures juste pour aller aux toilettes ? Ou encore de celle pour la buvette ? Dans les plus petits, je vous l’assure, il n’y a pas ce problème : on attend moins de cinq minutes.
  • Forcément, comme il y a moins de monde, il y a donc plus de proximité avec les artistes. Ceux qui n’ont pas la grosse tête vont même sur leur stand de merchandising pour signer des autographes et prendre des photos. Oubliez ça tout de suite dans les festivals d’Agathe. En plus, les scènes sont souvent immenses et les premiers rangs plutôt éloignés.

Découvrez l’éclectique Île-de-France avec Agathe

Encore un avantage de vivre dans la capitale : pour sa culture et, plus précisément, ses grands festivals de musique en tous genres. Du jazz au rock, en passant par le tzigane, l’électro et la pop. Certains ont même été créés pour défendre des causes : humanitaires (Solidays), environnementales (We Love Green), politiques (Fête de l’Huma). Ce qui va de pair avec la grande variété d’artistes proposée dans la région. La bonne nouvelle, c’est qu’en Île-de-France, pas besoin de faire (trop) de route ni de dépenser trop d’argent (en organisant un week-end) pour se rendre au festival où l’on rêve d’aller. Contrairement aux idées reçues et à ce que Camille propose près de Soissons ou en province, en Île-de-France, on fait la fête dans de grands espaces. On peut y déambuler et faire des rencontres, profiter d’animations inédites, d’une ambiance digne de ce nom et, encore une fois, d’une vaste programmation. En plus, côté tarif, c’est pas forcément plus cher.

La preuve avec Solidays, mon favori.

Photo SoliD
Pourquoi ? C‘est le festival le plus éclectique que je connaisse. D’une année sur l’autre, la programmation n’a plus rien à voir. On passe d’une tendance électro à la découverte d’artistes montants, du come-back de groupes rétro à la surprise d’une tête d’affiche inespérée. Chaque année, les artistes défilent sur les cinq scènes de cet espace géant au cœur du poumon vert du bois de Boulogne. Les concerts se déroulent simultanément et disposent d’écrans géants de retour. Il y en a donc forcément un qui vous plaira peu importe la plage horaire. Le must : pour la plupart des scènes, on peut se poser au loin dans l’herbe tout en profitant de la musique. Et c’est même valable pour le concert de fermeture du festival (la plus grosse tête d’affiche : sûrement Louise Attaque cette année) – ce qui est, par exemple, impossible au Main Square d’Arras.
La cause : le festival a été créé par le Sidaction pour lutter contre la maladie. Tous les bénéfices sont ainsi reversés à l’association.
Les animations : sur place, il y a de quoi s’amuser sans supplément. Expo photo, espace palmeraie pour chiller, manèges, stands d’information, espace guinguette, conférences, « Green room », color party et, bien sûr, food trucks et stands de boissons (payants). Un conseil : arrivez tôt en après-midi pour pouvoir en profiter comme vous le souhaitez et, écouter, au loin, les groupes qui joueront en même temps. Et, puis, venez avec vos amis, votre famille… C’est un festival intergénérationnel et cosmopolite ! D’ailleurs, c’est ma troisième année (sur quatre ans de vie à Paris) et je ne m’en lasse pas, au contraire ! Je prends toujours mon pass dès l’ouverture de la billetterie car, même si la programmation n’est pas encore tout à fait dévoilée, les prix sont plus intéressants – voire plus bas.
Qui ? Près de 80 artistes dont de nombreux coups de cœur : Selah Sue, Feu! Chatterton, Odesza, Synapson, Ibrahim Maalouf, Naive New Beaters, Jain, Oxmo Puccino… Mais, selon moi, la plus grosse progra est celle du vendredi (très orientée électro) : The Avener, Flume, DJ Snake, M83, Boys Noize…
Combien ? Au moment où je vous écris, il reste encore des pass 1 jour à 39 € et des pass 3 jours à 99 € – c’est celui que je vous conseille. Vous pouvez aussi dormir sur place en camping (jamais testé cette option !). En s’y prenant tôt (le 14 février), vous pouviez même avoir votre pass 3 jours moins cher (de 39 à 79 € : c’est au premier arrivé premier servi, les stocks sont limités).
Où ? A l’hippodrome de Longchamp, dans le bois de Boulogne (92).
Quand ? Du vendredi 24 au dimanche 26 juin du milieu d’après-midi à 5h du matin (sauf le dimanche : jusqu’à 1h).
Le bon plan ? Devenir bénévole ! En plus de contribuer à l’organisation de l’événement, vous pouvez profiter gratuitement du lieu, de certains concerts, des repas et boissons. Pourquoi ne pas tenter l’aventure l’année prochaine ?!

Photo empruntée sur la page Facebook de Solidays !
Photo empruntée sur la page Facebook de Solidays !

Mais, avant de songer aux festivités de 2017, place à la saison 2016 qui s’annonce riche en musique, particulièrement en Île-de-France (une cinquantaine de festivals). Parmi les plus gros : le Marvellous Island Festival (14-15 mai), Villette Sonique (27 mai-01 juin) et, bien sûr, Rock en Seine (26-28 août). Venez donc me rejoindre faire la fête ! Ce sera l’occasion d’un séjour dans la capitale – toujours plus agréable que de vous perdre au fin fond de la France et où, en-dehors du festival, vous aurez du mal à vous occuper.


Entrez dans le mood festival avec notre playlist :


Et vous ?

Quel est le festival qui vous fait le plus rêver ?

DSC_0934
Les 2filles1match au Main Square 2015 !

 

12 Comment

  1. hello les filles j’avoue que je vais rarement à des festivals. Ceux qui me viennent en tête son les vieilles charrues ou les francofolies de La Rochelle. Mais je me verrais bien à Coechella

    1. 2filles1match says: Répondre

      *Agathe*
      Tu devrais tenter ! Les vieilles charrues a l’air génial, c’est clair, faut que j’y aille une année ^^ C’est le genre de festival qui est pris d’assaut !
      Mais y en a plein d’autres plus petits qui sont supers, Tania !

  2. p.delph says: Répondre

    Je suis plus comme Camille, je préfère les petits festivals. Perso, le seul festival que je connaisse c’est celui de la Réunion (je suis encore une petite nouvelle en métropole) et j’avoue que j’adore le fait de pouvoir à la fois voir des concerts d’artistes qu’on aime mais aussi de pouvoir en découvrir pleins d’autres, tout ça au même endroit.

    1. 2filles1match says: Répondre

      *Camille*
      Vive les petits festoch’ !!! Je suis complètement d’accord. Allez pour cet été, tu te choisis un petit festival en France. Tu vas voir, tu vas adorer, Delphine !

  3. Virginie says: Répondre

    Je pencherais plus pour les petits festivals aussi!!!
    J’ai déja fait 2 fois le festival pic’arts , et j’ai adoré surtout la première fois où je suis resté sur place (camping a proximité dans le stade), le seul bémol a été que le chanteur Raphael (que j’ai tant attendu..au soleil..devant la scene) m’a completement déçu de sa prestation… Totalement défoncé et a n’est pas revenu au rappel… J’etais dégouté.
    Tandis que Cali a été formidable. :)!!

    Je conseille aussi vivement ce festival :)!!! (Ancienne habitante d’une 20aine de km de soissons, d’où ma connaissance sur ce festival)

    1. 2filles1match says: Répondre

      *Camille*
      Quelle coïncidence, Virginie ! Moi, cette année, ce sera ma 3ème fois à Pic’arts ! J’adore !! Par contre, je n’ai jamais fait le camping. J’habite à moins de 10 km donc c’est pratique. Dommage pour ta déception avec Raphaël… Malheureusement, ça arrive parfois ! Tu y vas cette année encore ? Bisous bisous !
      Et qui sait, on se croisera peut-être un jour sur un petit festival 😉

  4. naomi says: Répondre

    Encore un match nul pour moi !
    Des invités mystères seront présent au Solidays vendredi soir en parlant de ça ! Mais chuuuuuut il ne faut pas le dire ! ^^
    (Mesg perso pour Agathe)

    1. 2filles1match says: Répondre

      *Agathe*
      J’ai adoré les invités mystère haha ! C’était un super festival. Tu es sûre de maintenir ton match nul ? Haha ! Super ambiance aux Solidays, on a passé un bon moment 😀

      1. naomi says: Répondre

        Haha non c’est bon le point est pour toi c’est sur !!! 🙂

        1. 2filles1match says: Répondre

          *Camille*
          Oh non !!! Naomi, tu es passée du côté obscur #teamAgathe hahaha !

  5. Chloe says: Répondre

    Camille le pic’arts en force !!!
    T’inquiète Agathe n’est pas prête de gagner

    1. 2filles1match says: Répondre

      *Agathe*
      Ça, c’est parce que je n’ai pas su mobiliser la communauté parisienne sur ce match hihi !
      Point enregistré pour Camille 😉
      Merci à toi Chloé !

Laisser un commentaire